Enseigner à l’étranger

mutations

Tu peux aussi demander à être muté à l’étranger, via l’AEFE (L’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger). Il existe deux statuts : expatriés et résidents. Les postes d’expatriés sont désormais très rares : il faut être au moins formateur pour en obtenir (ils coûtent très cher à la collectivité et comportent de nombreux avantages). Un prof célibataire et sans enfants a plus de chance d’obtenir un poste dans un « lycée français » (même s’il s’agit de collège, ça s’appelle toujours lycée) qu’une famille nombreuse. Et plus tu as de l’ancienneté, plus tes chances s’amenuisent, car tu coûtes trop cher. Mais ce n’est pas mission impossible : chaque année, des enseignants partent, avec ou sans enfants. En tant que résident, tu percevras exactement le même salaire qu’en France, et tes droits à l’avancement et à la retraite resteront les mêmes. Si tu demandes un poste au Mali, c’est donc très avantageux. En revanche, dans certains pays où le coût de la vie est plus cher qu’en France, tu seras (encore plus) pauvre. Il faut donc bien réfléchir à ta destination avec ce type de statut.

A savoir : certains pays ne sont pas sous l’égide de l’AEFE, comme les USA ou l’Australie. Pour muter dans ces pays, tu dois donc démarcher directement auprès des établissements, passer un entretien (qui peut se faire par skype ou en France), négocier ton contrat, etc. Si tu es recruté, tu dois demander une disponibilité pour convenances personnelle, et tu seras embauché en contrat local. Là, tu toucheras le même salaire que n’importe quel ressortissant du pays, et tu paieras tes impôts dans ce pays et non en France. Tu perds tout droit à l’avancement (ancienneté) et tout droit à la retraite (pour la durée de ton expatriation) dans ce cas de figure. Mais tu peux demander ta réintégration au bout de x années (jusqu’à 10 ans sur l’ensemble de la carrière pour les disponibilités de convenance personnelle) : tu restes fonctionnaire de l’Etat. Et tu peux aussi « surcotiser » pour ta retraite, c’est-à-dire payer tes cotisations à l’Etat français pendant ton absence. La MGEN te renseignera.

Si tu optes pour l’expatriation, que ce soit en tant que résident ou en contrat local, tu perds ton poste d’origine dans tous les cas, mais avec le détachement (contrats de résidents, en lien avec l’AEFE) tu peux rester dans ton académie d’origine. Pour plus de détails, voir le site de l’AEFE : aefe.fr

Pour des contrats locaux (position de disponibilité donc), tu peux consulter les offres d’emploi dans des établissements étrangers sur ce site : http://enseigner-etranger.com/

Tu as également la possibilité de partir enseigner sous d’autres auspices avec la Mission laïque.

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

1 Trackback / Pingback

  1. - Le B-A BA du prof du secondaire

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*