Les sorties et voyages scolaires

voyage scolaire

sortie scolaireUne des choses les plus agaçantes qu’il m’ait été donné de vivre en tant que prof est arrivée (à plusieurs reprises) en revenant de sortie ou de voyage scolaire. Lors d’un voyage de plusieurs jours à Paris (pour des élèves de province) nous autres enseignants étions éreintés après avoir fait des kilomètres à pieds et en autocar, avec trois heures de sommeil par nuit, en assurant une extrême vigilance de tous les instants pour qu’il n’arrive rien à nos élèves. Or surveiller un groupe de 60 à 80 élèves, c’est très sportif en milieu non fermé. Et donc, alors que nous remettions les chers bambins à leurs parents aux alentours de minuit après plusieurs jours plus qu’intensifs, s’entendre dire « Alors, c’était bien ces vacances ? », de la part desdits parents, avait quelque chose de l’ordre de l’incitation à l’insulte, voire pire. Jamais un non-enseignant ne pourra comprendre ce que c’est que de gérer un groupe d’adolescents tendus comme des strings. C’est bien dommage.

Les sorties et voyages scolaires demeurent du travail pédagogique

Te voilà donc au parfum : les sorties et voyages scolaires ne sont en aucun cas des moments de détente, en tous cas pour les accompagnateurs et encore moins pour l’organisateur. Les élèves, eux, adorent. C’est bien pour ça qu’on en fait encore. L’autre raison, c’est que cela nous est demandé : les projets pédagogiques que nous sommes tenus de mettre en œuvre impliquent le plus souvent une sortie. L’idée est de montrer aux élèves la richesse de notre patrimoine culturel (au sens large) et les merveilles du monde qui les entoure. L’Ecole n’est pas un sanctuaire, c’est une fenêtre sur le monde. Comme la télé oui, et le principal souci des élèves consiste à ne pas en détenir la télécommande !

Si tu accompagnes seulement la sortie ou le voyage scolaire

Si tu ne fais qu’accompagner la sortie ou le voyage, ta tâche sera rude mais surmontable, voire même agréable. Tu passeras l’essentiel du temps à compter : il s’agit de s’assurer constamment qu’il ne manque aucune chère tête blonde (ou brune, ou rousse). L’autre versant de ta mission consistera à empêcher ces mêmes chevelures de trop s’ébrouer au vent. Il s’agira de retenir Justin par la manche avant qu’il ne se fasse écraser par un bolide, de demander à Pierre-Henri de se taire pendant que parle le guide-conférencier, d’expliquer à Ninon qu’on ne jette pas son papier par terre, à Leyla qu’on ne met pas ses pieds sur les sièges de cinéma, à John qu’il faut rester groupés, à Eléa qu’elle peut lâcher son portable deux minutes pour s’intéresser à l’exposition, etc. Tu devras aussi veiller à ce que toutes ces hormones en liberté ne nuisent pas à la plus élémentaire pudeur, surtout en cas de nuitées.


En somme, accompagner une sortie ou un voyage scolaire s’apparente à faire le parent soucieux de la bonne conduite de ses trente rejetons. Ceci en sachant qu’un ado en sortie est une pile électrique branchée sur du 1000 volts. Pense aux boules Quiès dans le bus.

Si tu organises la sortie ou le voyage scolaire

Si c’est toi qui organises la sortie, ça se corse. En effet, non seulement tu vas faire tout ce qui vient d’être énoncé, mais tu vas en plus devoir t’occuper de l’intendance, en amont et pendant la sortie.

Dans un premier temps, après avoir élaboré un magnifique projet pédagogique, il va falloir le mettre en place, c’est-à-dire :

  • Contacter les sites à visiter, vérifier les jours et horaires d’ouverture, demander les tarifs de groupe scolaire, les modalités de réservation, la compatibilité avec le ou les jours(s) de sortie ou voyage pressentis.
  • Faire faire des devis par différentes compagnies de transport (bus, train…).
  • Demander un devis pour l’hébergement (en cas de voyage).
  • Prévoir le panier repas avec l’intendance (sortie) ou tout ce qui relève de la restauration (voyage).
  • Etablir le budget global et trouver des financements (FSE, ventes de chocolats ou de fleurs, participation financière des parents etc).
  • Présenter le projet au conseil d’administration afin qu’il y soit voté.
  • Collaborer avec l’intendant-e pour qu’il ou elle paye les différents intervenants sur factures.
  • Organiser une réunion d’information (voyage) ou rédiger un message d’information (sortie) pour les parents.
  • Vérifier que tous les élèves participants sont assurés (responsabilité civile)
  • Récolter la participation financière des familles et les autorisations parentales de sortie.
  • Confirmer les réservations (transports, hébergements, visites guidées…)
  • Etablir un trousseau (voyage)
  • Gérer le financement (commander les chocolats, distribuer les bons de commande, récupérer les bons de commande et les paiements, réceptionner, stocker puis distribuer les lots, recompter tous les paiements et les lister dans un tableau excell, payer le prestataire).
  • Minuter la sortie ou le voyage, heure par heure.
  • Trouver des accompagnateurs validés par l’administration (les chefs) parmi tes collègues et la vie scolaire.

voyage scolaire

Dans un second temps, sur place, tu devras veiller à ce que tout se passe bien, en tant que maitre d’œuvre. C’est-à-dire que non seulement tu devras veiller à la sécurité et à la bienséance des élèves comme les autres accompagnateurs (car tu en fais partie), mais en plus c’est toi qui devra diriger tout ce petit monde, et trouver des solutions en cas de problème. Par exemple si tu as prévu un pique-nique et qu’il pleut, c’est à toi de trouver l’endroit où vous pourrez tous vous abriter. Si le bateau a du retard, c’est toi qui devra avertir l’hébergement et le point de restauration que tout est décalé. Si un élève se blesse, c’est toi qui l’emmènera à l’hôpital. Bref, tes épaules te sembleront soudain frêles, mais jusqu’à présent tous les profs ayant organisé une sortie ou un voyage ont survécu. Plus tu auras paré à toutes les éventualités, mieux tout se passera.

Une bonne organisation avant tout

Ainsi j’ai récemment accompagné un petit voyage qui s’est merveilleusement déroulé grâce à une organisation au top. Les organisatrices avaient, durant leurs « vacances », préparé le parcours dans les moindres détails, sur place. Aucun temps mort, des trajets pensés de manière optimale (après x essais pour déterminer le meilleur), des visites parfaitement dirigées puisqu’elles les avaient faites avant et en avaient éliminé les imperfections, etc. Force est de constater que tous les enseignants n’ont pas une telle conscience professionnelle, mais force est de constater aussi que ce fut le voyage le plus serein que j’ai jamais effectué en tant qu’accompagnatrice. On n’a rien sans rien…

Maintenant que tu es au fait de la partie immergée de l’iceberg « sorties et voyages », sache que c’est aussi un moment privilégié. Les élèves sont enclins à se montrer plus coopératifs et enthousiastes que d’habitude, voire tentés par les confidences. On les découvre autrement, plus détendus, et on a parfois d’énormes surprises ! Des bonnes comme des mauvaises, d’ailleurs. Mais ce temps hors des murs de l’établissement recèle le plus souvent une complicité qui perdure bien au-delà du retour à la maison. C’est donc un bon moyen d’établir de bons rapports avec les élèves, de se rapprocher d’eux dans le sens d’une coopération adulte-ado qu’il perçoive mieux sur ces temps de sortie. Au final, on en ressort épuisé mais heureux.

Tu peux passer par des organismes reconnus pour emmener tes élèves découvrir les merveilles du monde. Cela a l’avantage majeur de t’éviter de tout organiser toi-même. Mije, CLC, ou encore SILC ou Cahiers de voyage ont de bonnes réputations.

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*