Faire régner la discipline en classe

discipline

disciplineD’après mes observations, en matière d’autorité et de discipline, le maître mot est : souplesse. Ce n’est pas contradictoire avec ce que j’ai énoncé dans l’article précédent, à savoir se montrer inflexible dans l’application des sanctions. Le tout est d’établir un cadre ferme, mais de se montrer souple à l’intérieur de ce cadre.

Je m’explique : parfois la classe va se montrer agitée pour une raison x ou y : il fait trop chaud, il pleut, ils reviennent d’une sortie, les vacances approchent, il a neigé, bientôt le bac blanc, une grosse bagarre a éclaté à la récré, le cours précédent s’est mal passé, etc. Quel que soit le motif de l’agitation et aussi inconsistant puisse-t-il te sembler, il agit comme une centrifugeuse sur les 28 gamins assis en face de toi. Ton simple charisme ne va pas suffire à calmer tout ce petit monde. Il te faut mettre en oeuvre des moyens de rétablir la discipline.

La discipline passe par la détente

Il s’agit alors de faire preuve d’intelligence émotionnelle. Si tu te braques, cela va augmenter la tension ambiante : mauvaise pioche. De surcroît, tu ne peux pas sanctionner l’ensemble de la classe, c’est interdit. Punir quelques élèves serait injuste. Alors que faire ? Incarner le calme et la relaxation, en premier lieu. Diffuser tes ondes apaisantes. Demander le silence total pendant quelques minutes.

Tu peux même leur faire une petite séance de relaxation : pieds bien posés sur le sol, mains à plat sur la table, yeux fermés, ils t’écoutent guider leur respiration. On inspire lentement par le nez, en comptant jusqu’à 5 (ou 7 pour les plus grands), on bloque la respiration pendant 5 secondes, puis on expire par la bouche très doucement, pendant 5 secondes (et tu comptes : 1,2,3,4,5). Et on recommence. On inspire par le nez, profondément, tout doucement, en comptant jusqu’à 5 : 1,2,3,4,5 etc. Ta voix doit être douce et profonde pendant que tu les guides. Tu peux leur faire faire cet exercice pendant cinq minutes. Résultat garanti ! Il n’est pas rare que certains s’assoupissent légèrement (tu peux les autoriser à mettre leur tête entre leurs bras sur la table). Au collège, au moins jusqu’en 4e, c’est une méthode extrêmement efficace. Il y en a toujours un ou deux qui ricane et qui ne suit pas les instructions : ramène-le tranquillement vers l’exercice, il sera peu à peu gagné par la détente des autres.

La discipline exige de la souplesse

Si tu ne te sens pas de pratiquer ce type de remédiation comportementale, tu peux tout simplement adapter ton cours à l’ambiance électrique. D’ailleurs, même en cas de mini-séance de relaxation, mieux vaut coupler les deux. Ce sera le moment de leur faire visionner une vidéo un peu longue par exemple, ou de différer le travail de groupe au profit d’exercices d’application individuels, ou encore d’improviser une petite évaluation formative. Tout ce qui peut les individualiser au maximum est bon à prendre. Car rien n’est plus contagieux que l’agitation. Il s’agit donc d’isoler les éléments dans la centrifugeuse.


Pour ce faire, il faut que tu sois capable de te détacher de ta géniale progression de séquence. Ajouter ou retrancher une séance n’est pas interdit ! La progression ne te sert qu’à avoir une ligne d’horizon, un cadre, des objectifs, mais s’y tenir absolument revient à scier la branche sur laquelle on est assis. Bien entendu, ta séance improvisée doit correspondre aux objectifs de la séquence. Si tu es de nature anxieuse, tu peux en prévoir quelques-unes à l’avance, de manière à pouvoir les utiliser au pied levé, sans besoin d’y réfléchir.

Quand la perturbation ne provient que d’un ou deux élèves (voire un peu plus), inutile de sortir le grand jeu. Dans ce cas, l’application de sanctions progressives constitue l’attitude la plus appropriée (voir rubrique sanctions).

Faire régner la discipline n’est pas faire preuve d’autoritarisme : les élèves ont besoin de calme pour pouvoir se concentrer et travailler efficacement. Ils sont les premiers à s’en avouer reconnaissants !

Un outil bien pratique : la fiche de suivi

Si un ou plusieurs élèves ont une attitude perturbatrice de manière récurrente, l’usage de la fiche de suivi, en collège, est souvent assez efficace (mais peut aussi être utilisée en lycée). C’est au prof principal de la mettre en place, après concertation avec l’équipe, mais rien ne t’empêche de lui faire cette suggestion. Il s’agit pour l’élève agité et/ou impertinent de présenter, à chaque heure de cours, sa fiche de suivi, qui sera renseignée par l’enseignant de chaque cours (y compris les études surveillées), puis signée par les parents chaque soir.

On renouvelle la fiche chaque semaine, après un bilan hebdomadaire. Celui-ci, s’il est négatif (par exemple, constat de 5 ou 6 comportements inadaptés sur la semaine, la limite étant fixée à l’avance), cela donne lieu à une sanction : retenue(s) (heure (s) de colle) en général, que les membres de l’équipe peuvent assurer à tour de rôle (cas rare), que le prof principal s’en charge (sur ses heures de cours ou en dehors) ou que la vie scolaire (CPE et surveillants) surveille les garnements. Dans tous les cas, il faut donner un travail à faire.

Si les heures de retenue sont bien placées (en début ou fin de journée), l’élève se lasse assez vite de ce temps supplémentaire octroyé au travail, sans possibilité de s’amuser (c’est pourquoi il est préférable qu’il soit isolé, et non en étude/permanence). Son comportement s’en améliore sensiblement au bout de quelques semaines.

Voici un exemple de fiche de suivi, customisable à volonté : http://cpe.ac-creteil.fr/IMG/pdf/FeuilleDeSuiviHebdomadaireEleve.pdf

Et un autre : http://cpe.accreteil.fr/IMG/pdf/FeuilleDeSuiviHebdomadaireEleve2.pdf

Un autre exemple ici : http://www.ent.ac-versailles.fr/IMG/pdf/fiche_de_suivi.pdf

Ne crains surtout pas de faire régner la discipline (et non la terreur) dans ton cours. Confondre bienveillance et laxisme n’est pas rendre service aux élèves. Ils ont besoin d’un cadre, d’un espace mental serein pour apprendre. Les conduire, individuellement ou collectivement, vers une discipline personnelle de travail ne peut que leur être d’une aide précieuse tout au long de leur vie.

(Crédits photo : pixabay)

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*