Le trouble de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA et TDAH)

TDA

Ce trouble du comportement trouve lui aussi ses causes dans un développement particulier du cerveau et du système neuronal. Il induit une perturbation significative des relations familiales, scolaires, professionnelles et sociales. Il existe trois sous-groupes majeurs. Ils sont divisés selon le symptôme prédominant : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité.

Les gens atteints de ce trouble démontrent généralement les symptômes suivants :

  • Rêveur : Ils ont de la facilité à rêver dans les tâches monotones et fastidieuses
  • Distrait : Leur esprit est facilement distrait face aux contraintes et aux consignes
  • Vigilance variable : Leur niveau de vigilance est meilleur dans les activités sous pression, au rythme accéléré, telles que la compétition, la course, etc.
  • Oublis fréquents : Dans la vie quotidienne, les oublis sont fréquents, de même que la tendance à perdre des objets personnels et familiers
  • Excités : Ils peuvent être excités dans certaines situations sociales, et ressentir le besoin de faire des drôleries.

Le TDA/H affecterait 3 à 6 % des enfants d’âge scolaire, soit près de 200 000 enfants de 4 à 19 ans, toutes classes sociales confondues. C’est un trouble à prédominance masculine avec quatre garçons atteints pour une fille. Un trouble des apprentissages est présent dans 60 à 80 % des cas, c’est-à-dire 15 à 20 fois plus souvent que dans la population générale.

De tous les élèves présentant un trouble des apprentissages, ceux-là sont sans doute les plus « pénibles » en classe. Ils s’agitent, bavardent, prennent la parole à tort et à travers, ne parviennent pas à se concentrer plus de deux minutes, oublient très régulièrement leurs affaires, ne tiennent pas compte des consignes… Ils sont le cauchemar du prof.

La bonne nouvelle, c’est que si le diagnostic est posé, un traitement adapté peut grandement les aider. La Ritaline est désormais bien connue en tant que médicament « miracle » pour permettre à ces élèves de pouvoir suivre dans des conditions à peu près normales. Ce traitement est le plus souvent associé à d’autres types de prises en charge (psychomotricien, orthophoniste, ergothérapeute, psychologue).

J’ai vu récemment un élève, habituellement sous Ritaline et se montrant sérieux, agréable et appliqué depuis des années, devenir soudain une autre personne et « péter les plombs » pour une broutille (pas selon lui) : il était en panne de traitement depuis seulement 24 heures…

Ce qu’il faut comprendre c’est que tu ne pourras JAMAIS enseigner « normalement » à un élève atteint de trouble de l’attention (avec ou sans hyperactivité) s’il n’est pas pris en charge par des spécialistes, qui l’aideront à progresser peu à peu. Il ne PEUT PAS se concentrer plus de quelques secondes ou minutes. Tu auras beau t’y prendre de toutes les manières possibles et imaginables, si tu lui donnes un document qui nécessite une concentration de plus de 5 minutes (10 en lycée), tu lui demandes l’impossible. Donc il faut adapter les supports, les exigences, les évaluations, les formulations (courtes et simples) pour qu’il soit en mesure d’apprendre quelque chose.

C’est éprouvant pour l’enseignant, disons-le, car l’attention et les efforts que demande ce type d’élève ne le décharge pas pour autant des 27 autres… Dans le meilleur des cas, cet élève aura une AVS (assistante de vie scolaire) qui l’aidera à prendre le cours, à ne pas perdre son matériel, à rester attentif autant que possible, à rester assis sur sa chaise et à ne pas monopoliser la parole (s’il y a hyperactivité) … Si le diagnostic n’a pas été posé (certaines familles ne sont pas diligentes), tu pourras avertir le médecin ou psychologue scolaire (via l’infirmière) et une commission éducative pourra avoir lieu, qui permettra de mettre en place certains aménagements après concertation de tous les acteurs éducatifs. Mais cela prend beaucoup de temps, parfois même plusieurs années… En attendant, il te faudra faire de la différenciation.

Les recommandations données par les psychomotriciens qui suivent ces élèves tournent autour des éléments suivants :

  • Favoriser l’oral pour les évaluations / textes à trous pour les dictées et autres restitutions de connaissances
  • Fournir les supports de cours en photocopie
  • Police de caractère Arial 14 et interligne de 1,5 pour les documents
  • Rappeler régulièrement les consignes pendant un travail
  • Ne pas sanctionner la tenue des cahiers ou l’écriture si la graphie n’est pas bien maitrisée
  • Aider l’élève lors de tracés en mathématiques, de manière à ce que l’élève n’épuise pas son attention sur cette tâche, au détriment de la réflexion.

Pour aller plus loin dans la connaissance du trouble de l’attention : https://www.tdah-france.fr/-Le-TDAH-de-l-enfant-.html

https://troublesdapprentissage.com/troubles/tdah/signes-tdah/

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

1 Trackback / Pingback

  1. L'autisme chez nos élèves - Le B-A BA du prof du secondaire

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*