Les Terminales

terminales

Les Terminales

terminaleAvec le bac qui se profile en fin d’année, les choses deviennent un peu plus sérieuses. Sauf exception, les Terminales (quelle que soit la filière) savent pourquoi ils sont là, et travaillent en conséquence. Ils commencent enfin à comprendre que leur avenir ne peut plus être repoussé aux calendes grecques. Donc s’ils sont présents en cours, c’est pour en apprendre quelque chose. Si différent est leur désir, ils sèchent, sans aucune mauvaise conscience, pleins de cette ivresse que procure une liberté nouvellement acquise. La plupart du temps, les Terminales sont des élèves majeurs, qui n’ont donc plus, officiellement, de comptes à rendre à leurs parents. Leur assiduité n’en est que plus faible, mais leur investissement s’en trouve aussi amélioré.

Avec le Terminale on aborde enfin les rives de l’autonomie. Si la prise de notes efficace est encore laborieuse, on peut toutefois se dispenser de recommandations telles que « apprenez la leçon » ou « sortez vos affaires ».

Le Terminale, bien que censé pouvoir voter en son âme et conscience et se marier, demeure un adolescent. En conséquence, il a besoin de quinze heures de sommeil par jour, préfère parler de manière monosyllabique et voue une idolâtrie maladive à son smartphone. Il peut se montrer arrogant et grincheux, mais le fait de manière moins spectaculaire que ses collègues des niveaux inférieurs, car, en principe, il a cessé de prendre le prof pour un ennemi d’Etat.


De plus, avec la perspective des études (et de la sélection qu’elles impliquent désormais) ou de la vie active, l’élève de Terminale a perdu (sauf exception) la naïveté qui fait le bonheur de ses petits confrères. Il sait qu’il ne peut espérer devenir médecin s’il ne cartonne pas dans les matières scientifiques. Il sait qu’il ne sera pas le prochain Marc Lévy si ses dissertations ne font pas plus de vingt lignes, bourrées de fautes d’orthographe. Il est parfois un peu amer, de ce fait, mais, avec la fougue de la jeunesse, n’hésite pas à envisager une totale reconversion, dans l’ébénisterie ou le community management.

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*