L’élève de 3e, un être hybride

le 3e

le 3eL’élève de 3e

Tu trouvais que le 4e était mou et silencieux (non inclus le bavardage) ? C’est parce que tu n’avais pas encore rencontré le 3e.

Jusqu’à présent, nous avions affaire à des catégories assez simples. Cela se complique avec le 3e. C’est un être hybride, complexe, moins prévisibles que ses congénères des niveaux inférieurs.

En apparence, il est plus sérieux. Même si son classeur ne ressemble à rien et qu’il t’assure avec impétuosité qu’il n’a jamais ô grand jamais étudié les bases de l’arithmétique ou des cartes géographiques. La plupart du temps, il a connu ses premiers émois épidermiques, et commence à s’en remettre. Ce qui l’incite à réfléchir sur son avenir : quel est le métier qui permet de choper le plus de gonzesses ?

Le 3e est passé maître dans l’art de faire semblant. Il fait semblant de noter consciencieusement son cours, de boire tes paroles, de prendre au sérieux le Brevet et l’orientation. Il mime l’adulte qu’il souhaite devenir (ce qui peut, aussi, donner des Cyril Anouna en puissance…). Mais si, dans un élan mal contrôlé, tu piques une tête dans les profondeurs de son univers véritable, tu seras surpris. Sur son cahier, il n’a gribouillé que des ébauches de mangas ou arraché quelques mots du cours à sa rêverie. Lors des évaluations, tu réalises qu’il n’a pas compris un traître mot de ce que tu as raconté pendant un mois, malgré ses airs entendus. Et quand vient LA grande question de l’orientation, il ouvre de grands yeux en apprenant qu’on ne peut pas être ingénieur avec un CAP. Malgré les interventions du COP et les séances dédiées à Onisep.

Le 3e est attachiant

Cependant, pas de panique : le 3e est très attachant. Il est même capable de très bien faire, s’il n’a pas trop fait le mariole dans les niveaux précédents. Le processus de développement cognitif étant – en principe – achevé, il sait réfléchir. Et donc, comme avec le 4e, il y a moyen de lui enseigner véritablement des choses épatantes, comme la vie débridée de Napoléon, les artifices de l’argumentation ou encore les subtilités de l’atome. Il est enfin apte à faire la relation entre ce que tu racontes et un univers connu, bien qu’encore très flou et transitoire : celui de la culture. Dans les niveaux inférieurs, tu parlais comme un sage sur la montagne, que l’on écoute mais dont les propos demeurent obscurs. Désormais, tu as atteint le statut d’animateur télé : tes interventions sont intelligibles et potentiellement intéressantes. Pour un peu, il cliquerait même parfois volontiers « j’aime » sur le tableau numérique.

De plus, le 3e est capable d’humour. Et ça, c’est vraiment inestimable. Par exemple, si tu lui demandes à quoi correspond, en poésie, le schéma ABBA, il ne va pas laisser copie blanche : il va répondre qu’il s’agit d’un groupe de music suédois. Sa note n’en sera pas meilleure, mais au moins il t’apparaitra sympathique (surtout si tu as plus de 40 ans).

Le 3e est civilisé

Enfin, last but not least, le 3e est civilisé. Il a intériorisé les règles de la vie en société scolaire. Il se mouche quand il a la goutte au nez, il n’intervient pas pour te raconter la fois où sa grand-mère avait tenté de parler anglais, tandis que tu t’escrimes à lui faire retenir le present perfect ; il sourit gentiment à tes pires pitreries et ne s’esclaffe pas si, par hasard, il rencontre le terme « baiser » au détour d’un texte. Que du bonheur !


Chaque niveau a ses joies et ses inconvénients, mais il est clair qu’on n’enseigne pas en 6e comme en 3e. La pédagogie, la didactique, la façon d’être se modulent en fonction de la classe devant laquelle on se trouve. Ainsi, sache que le moindre changement dans ta coupe de cheveux entraîne une fascination durable en 6e et 5e, alors qu’en 3e on se contentera de noter que tu as pris du poids. Et si le travail de groupe marche du tonnerre en 6e, il s’étiole au fur et à mesure que poussent les poils sur nos chers élèves (je ne parle pas de celui qu’ils peuvent avoir dans la main). Si le 5e peine à réfléchir, le 4e peine à ne pas digresser. Donc il te faut adapter tes stratégies.

(Crédit photo : pixabay)

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

3 Trackbacks / Pingbacks

  1. Les tâches annexes à l'enseignement - Le B-A BA du prof du secondaire
  2. Orientation en fin de 3e et au lycée - Le B-A BA du prof du secondaire
  3. Prof et réunion : petit florilège - Le B-A BA du prof du secondaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*