Les tâches annexes à l’enseignement

tâches annexes

Quand on embrasse le noble métier d’enseignant, on s’imagine que l’essentiel de notre travail va consister à transmettre des connaissances, à les évaluer et à imaginer des stratégies pédagogiques performantes pour faire progresser nos élèves. C’est vrai. En partie. Mais les tâches annexes à l’enseignement sont très, très nombreuses.

Les tâches annexes, c’est-à-dire tout ce qui n’est pas en lien direct avec le cours dispensé, constituent un autre versant tout aussi prenant. Un peu comme la partie immergée de l’iceberg.

tâches annexes

Petite liste de ces tâches au quotidien :

  • Remplir le cahier de textes électronique (Voir rubrique « Cahier de textes »), c’est-à-dire indiquer ce que tu as abordé en cours (contenu, support, objectif), heure par heure, et inscrire les devoirs à faire. Beaucoup d’établissements utilisent l’interface PRONOTES pour établir ce lien entre les familles et ce qui se passe en classe. De la sorte, un élève qui aurait oublié de noter les devoirs ne sera pas pénalisé, et les parents qui désirent suivre ta progression sont informés.
  • Faire l’appel, à chaque heure de cours, en ligne.
  • Rentrer tes notes ou évaluations par compétences dans le logiciel dédié.
  • Lire tes emails professionnels (et éventuellement y répondre si nécessaire) ; une somme considérable d’informations est désormais transmise par mail : dates des prochaines réunions, convocations, courriers des syndicats, mais aussi appels à candidatures, organisation de projets, etc.

Autres tâches annexes, ponctuelles mais régulières :

  • Remplir les bulletins trimestriels
  • Faire la synthèse de chaque bulletin de la classe dont on est professeur principal (avant le conseil de classe)
  • Remplir le LPC (livret personnel de compétences) et le LSU (Livret scolaire unique)
  • Rédiger un rapport en cas d’incident (sérieux) avec un élève en cours (à noter qu’un élève qui macule sa table est un incident sérieux)
  • Etablir un budget, rédiger une notice d’information, contacter les intervenants, etc. pour une sortie que tu organises (voir rubrique « Les sorties scolaires »)
  • Rédiger une note d’information pour chaque projet pédagogique que tu mets en place (journée développement durable, semaine de la presse, concours…), à l’intention de la direction et des collègues.
  • Elaborer des projets pédagogiques
  • Rédiger un compte-rendu de réunion (sauf conseils de classe, et la politique de chaque établissement est très variable en la matière, certains ne pratiquant pas cette religion).
  • Renseigner le formulaire de demande de matériel pédagogique
  • Renseigner les dossiers en ligne pour demander des subventions aux instances régionales ou départementales (pour financer des projets)
  • Aider les élèves de 3e à remplir correctement les dossiers d’inscription dans les lycées (prof principaux de 3e seulement)
  • Surveiller des examens
  • Corriger des copies d’examens
  • Faire partie d’un jury d’examen (oral)
  • Préparer les portes ouvertes et y participer
  • Se former (tout seul) aux logiciels utilisés
  • Accompagner des sorties hors temps scolaire
  • Accompagner des sorties sur le temps scolaire
  • Participer aux réunions
  • Participer aux formations
  • Continuer à te former par des lectures d’ouvrages pédagogiques
  • Connaitre et mettre en oeuvre les items et les domaines du socle commun
  • Connaitre et appliquer le référentiel de compétences des profs
  • Collaborer avec les différents intervenants de l’équipe éducative
  • Rencontrer les parents lors de rendez-vous individuels
  • Te maintenir informé des possibilités d’orientation dans le secteur (profs principaux)
  • Te maintenir informé des textes officiels en vigueur
  • Elaborer des projets pluridisciplinaires (EPI par exemple)
  • Renseigner les formulaires pédagogiques des projets pluridisciplinaires (dont des grilles d’évaluation)
  • Rencontrer les maîtres de stage des élèves de 3e
  • Corriger les rapports de stage des élèves de 3e
  • Participer à une ou plusieurs commissions/ au conseil d’administration (si tu es élu)/ au comité santé et citoyenneté (base du volontariat)
  • Coordonner les enseignants d’une discipline (mission de coordonnateur)
  • Coordonner les actions, événements, dispositifs d’un domaine (culture, médias, environnement durable, etc) en tant que référent
  • Participer aux ventes de chocolats/fleurs/objets divers pour financer en partie les sorties
  • Organiser des événements lucratifs pour financer le FSE et/ou les sorties
  • T’impliquer dans les actions du foyer socio-éducatif
  • T’impliquer dans les actions de l’amicale des personnels
  • Elaborer des séquences pédagogiques pour « l’heure de vie de classe » bimensuelle (si tu es prof principal)
  • Rencontrer régulièrement les autres personnels d’éducation (CPE, infirmière, COP, etc).
  • Participer à la pré-rentrée

tâches annexes

Je pense que j’en oublie mais tu as là un bon aperçu. A noter que les heures de remédiation, d’accompagnement personnalisé (AP) font partie des heures d’enseignement et ne relèvent donc pas des tâches annexes. Tout ce que je viens d’énumérer doit donc se compter en plus des 15 heures (pour les agrégés), 18 h (pour les certifiés) voire 20 heures pour les professeurs d’EPS et autres corps. Ces tâches, ajoutées aux préparations et corrections, finissent par faire une bonne vingtaine d’heures sur la semaine. C’est pourquoi tu ne t’étonneras point que les enseignants du secondaire déclarent en moyenne entre 39 et 44 heures de travail hebdomadaire. Ce chiffre est variable du fait des différences de statut, du nombre d’heures supplémentaires effectuées et de l’investissement personnel de chacun.

Le professeur documentaliste a un statut particulier qui lui impose 35 heures de présence dans l’établissement, mais il n’est pas dédouané de toutes les tâches annexes, même s’il ne participe pas au suivi des élèves.

Ces tâches annexes sont désormais prises en compte dans notre statut, qui a été révisé en 2014. Comme tous les fonctionnaires, nous devons désormais 1607 heures annuelles. Ces 1607 heures incluent les tâches annexes que je viens d’évoquer, ainsi que les tâches d’enseignement proprement dites. Si l’on enlève les congés obligatoires (pour fermeture de l’établissement au public), soit 16 semaines par année scolaire, on obtient un chiffre tout à fait probant : 44,6 heures hebdomadaires.

Et dire que certains personnages publics parlent de nous faire passer aux 35 heures…


Beaucoup d’enseignants, y compris au primaire, se plaignent de la surcharge de travail engendrée par ces tâches annexes, qui croissent de manière exponentielle au fil des ans. Pour schématiser, on peut dire qu’avant un enseignant se contentait d’enseigner et d’évaluer. Désormais, il fait aussi beaucoup de travail administratif et éducatif. Le travail en équipe est également très chronophage.

Alors, bien qu’il soit de coutume de dire que les enseignants sont des privilégiés qui travaillent peu, mets-toi bien dans la tête que c’est un mythe.

tâches annexes

Les mois de septembre et de juin sont les plus intenses. C’est là que la somme de tâches annexes à accomplir connait un énorme pic. Les fins de trimestre ne sont pas mal non plus (en général : novembre, mars et juin). Durant ces périodes encore plus qu’à l’accoutumée, la charge mentale devient vraiment épuisante : il y a tant de choses auxquelles il faut penser !

Pour te donner un exemple concret, prenons ce mois de juin 2017 et mon cas en collège.

Les conseils de classe des 3e ont commencé dès le début du mois (puisqu’il faut proposer leurs vœux aux différents lycées). Cela signifie que tu dois avoir bouclé le programme début juin. Et remplit les bulletins, ainsi que le LSU. Dans les semaines qui viennent, tu devras en avoir fait autant pour tes autres classes. Jusque-là, rien que du très classique. Si tu es prof principal, c’est le moment de l’année où tu dois en urgence recevoir les parents pour les cas difficiles. Si tu es prof principal en 3e, tu t’occupes aussi du bon déroulement des voeux d’affectation de tes ouailles en lycée ou en CFA.

Mais il te faudra peut-être aussi prendre connaissance des modalités de l’oral de DNB si tu es désigné jury. Et donc faire passer cet oral. Tu auras des papiers à remplir. Tu seras peut-être également désigné jury du CFG (Certificat de formation générale), et t’y préparer, puis te rendre sur le lieu d’examen pour faire passer cet oral aux élèves inscrits. Enfin, si ta matière s’y prête, tu seras peut-être de correction pour le DNB, auquel cas tu devras mettre ton GPS en route pour trouver l’établissement dans lequel tu effectueras ces corrections. Voilà pour les examens en collège.

Mais ce n’est pas tout. Si tu es membre du conseil d’administration, tu prévoiras une session durant ce mois de juin. Dans tous les cas, tu devras participer à une réunion pédagogique avec les collègues de ta discipline, en présence du chef d’établissement, pour procéder à la répartition des services (qui prend en charge quelles classes pour quel niveau).

Juin, c’est aussi le moment où l’on choisit, en équipe, les manuels ou le matériel pédagogique nécessaire pour l’année prochaine. Réunion puis commande.

Juin, c’est aussi le temps des projets. Tu peux participer à des projets proposés par la DAAC (Délégation académique à l’action culturelle) de ton académie, souvent très intéressants, auquel cas il te faut trouver les collègues qui voudront bien se joindre à toi, et remplir la fiche d’inscription. Naturellement, tout projet éducatif à mettre en place à partir de septembre prochain doit être pensé et présenté au chef d’établissement dès à présent.

Par ailleurs, le mois de juin est aussi souvent celui des portes ouvertes. Ton établissement offre une matinée ou une journée de pub au public. Cela se prépare : il faut être attractif. Le but est d’attirer le chaland. Par conséquent, il faut prévoir pour ce jour-là de présenter la haute qualité de ton travail réalisé avec les élèves : toute réalisation visible doit être exposée (vidéos, maquettes, textes, etc). Il n’est pas impossible que ce soit un samedi, sache-le.

En juin, tu l’auras compris, tu clos l’année et tu prépares la suivante. C’est donc le moment de la fiche de vœux : tu y inscriras tout ce que tu souhaites pour l’année suivante, à savoir la durée des séquences de cours, les éventuels horaires alignés (par rapport à un projet), si tu acceptes les heures supplémentaires ou non, si tu acceptes d’être prof principal ou non et pour quel niveau, etc.

Et puis juin c’est aussi le temps des spectacles. Il faut que les élèves soient prêts, que la salle soit réservée, que le public soit averti, que la répétition générale ait lieu, et que tu y assistes ou le préside.

C’est également le temps de la remise des manuels, en collège uniquement. Sur une heure de cours, tu veilleras à ce que les élèves de la classe dont tu es professeur principal ramènes tous leurs manuels, en notifient l’état et le rendent à la documentaliste. Le jour et l’heure de cette remise te seront communiquées par mail.

Si tu es prof en 6e, ce sera également l’heure de la commission d’harmonisation pour le cycle 3. Tu rencontreras les professeurs des écoles du secteur et essaiera de glaner un maximum d’informations sur les nouveaux arrivants (les futurs 6e), lors d’une réunion après les cours.

Enfin, juin est le temps des remises de prix pour les établissements qui le pratiquent. Il s’agit alors de désigner les élèves méritants, de choisir en concertation les cadeaux qu’ils recevront, d’aller acheter ces cadeaux et d’assister à la cérémonie.

Et, last but not least, il faudra préparer la fête de fin d’année, à savoir quels cadeaux acheter pour le départ en retraite ou la mutation de tels collègues, préparer une chanson, une mise en scène, quelque chose de festif pour rendre honneur à ceux qui ont sué sang et eaux dans ton bahut pendant x années et qui le quittent à regret (forcément).

En lycée c’est sensiblement la même chose mais avec la course autour de l’examen du baccalauréat en plus, et le casse-tête de Parcoursup pour les profs de Terminale.

Selon les établissements et selon le type d’établissement, ces tâches annexes peuvent varier considérablement. Mais dans tous les cas, juin est intense pour les profs. D’autres mois le sont aussi… Tu as là un aperçu concret du type de tâches annexes qui t’attendent dans ta carrière de prof. Il y en a beaucoup d’autres. Donc, soyons clair, être prof ne se limite aucunement à préparer les cours, faire cours et corriger des copies. C’est beaucoup plus complexe que cela.

(Crédits photo : pixabay et Aurélien Agathon pour le site 800 000 feignasses)

Suivez-nous et partagez pour les collègues !
0

1 Trackback / Pingback

  1. Florilège d'exemples du vrai travail d'un prof du secondaire - Le B-A BA du prof du secondaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*